Connexion  \/  S'inscrire  \/ 

Connexion à votre compte

Créer un compte * * Champ requis

Le nom que vous avez saisi n'est pas valide.
Mot de passe non valide
Les mots de passe que vous avez saisis ne correspondent pas. Veuillez saisir votre mot de passe dans le champ 'mot de passe' et le confirmer dans le champ de confirmation.
Adresse e-mail non valide
Les deux adresses e-mail que vous avez saisies ne concordent pas. Veuillez saisir votre adresse e-mail dans le champ 'adresse e-mail' et la confirmer dans le champ de confirmation.


Recherche & développement

Groupe surveillance Territoire

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Le Gouvernement ivoirien s’est résolument engagé à faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent dont le développement respecte les trois piliers du développement durable. Il englobe de ce fait les enjeux écologiques, économiques et sociaux.

Cela s’est traduit par la création d’un Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MINEDD) qui s’est fixé pour objectif la gestion rationnelle des terres et des ressources naturelles.

Le Gouvernement ivoirien s’est résolument engagé à faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent dont le développement respecte les trois piliers du développement durable. Il englobe de ce fait les enjeux écologiques, économiques et sociaux. Cela s’est traduit par la création d’un Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MINEDD) qui s’est fixé pour objectif la gestion rationnelle des terres et des ressources naturelles.

La terre, l’eau, la faune, la flore sont les éléments de la nature qui subissent l’empreinte humaine à travers les activités agricoles et l’exploitation forestière. A côté de ces activités qui impactent la terre et les ressources naturelles à cours, moyen et long terme en fonction de l’intensité de l’activité humaine, subsiste également l’exploration et l’exploitation minière c'est-à-dire du sous-sol.

A différent niveau, les structures techniques des ministères en charge la gestion des données à référence spatiales des ministères dont ils dépendent disposent de données. Des questions relatives à la qualité et au contenu de ces données restent une véritable problématique. Les métadonnées si elles existent manquent d’informations pertinentes pour renseigner un autre utilisateur. Un constat s’impose au spécialiste des données à référence spatiales :

  • Manque ou duplicité des données
  • Incohérence et imprécision des données

De telles situations trouvent leurs explications dans l’existence de plusieurs structures techniques et chacune administre ses données ou sa base selon sa convenance indépendamment des autres ; cependant aujourd’hui il existe des structures publiques qui disposent de services de télédétection et de cartographie avec une expérience assez reconnue et à même de faire profiter son expertise aux autres utilisateurs de données à référence spatiales.

Pour remédier aux constats posés ci-dessus, il est nécessaire voire impératif face aux défis majeurs du développement, de mettre en place un groupe interministériel de surveillance des espaces cultivés et des ressources naturelles à partir d’informations spatiales.

Par ailleurs, dans la dynamique de la stratégie REDD+ Côte d’Ivoire, ce groupe contribuera à l’harmonisation des différentes politiques sectorielles relatives à l’aménagement du territoire, à l’exploitation forestière, aux pratiques agricoles, aux autorisations d’extraction minière. Il renforcera également, les mécanismes de lutte contre la déforestation, et les crises alimentaires.

En outre, la mise en place d’un groupe permettra de capitaliser les expériences, et par exemple de proposer des modalités d’appui à l’élaboration des politiques publiques, de diffuser l’information, et de développer la concertation avec l’ensemble des acteurs concernés.

Le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable en collaboration avec le Comité National de Télédétection et d’Information Géographique conduiront ce programme de surveillance des terres cultivées et des ressources naturelles avec une collaboration interministériel, pour éviter la redondance des actions.

Avantages : Une base de données unique, actualisée en temps réel et accessible à tous les partenaires. Des normes communes pour faciliter le partage de données.

Newsletter

Retour en Haut